03 juin 2005

Vendredi encore plus tout pourri que le jeudi (c'est dire...)

Tout avait mal commencé...
ce matin, je me lève avec la tête dans le c.. j'ai fait plein de cauchemards de loups garrous cette nuit ça fait longtemps tiens...
Je bataille avec un mod que j'essaie d'installer sur mon forum (pour changer) et ça me met de mauvais poil.
Ptit loup se réveille. Enfin un rayon de soleil dans ma journée. Il a la pêche je suis contente! Et il fait bien gentiement sa sieste.
Puis belle maman téléphone vers 12h pour me dire que jérémie devait passer à la boucherie rendre la cb à son beau père. Ah bon. Je me fait limite engueuler alors que bon qu'est ce que j'y peux moi? Je réveille donc Jérémie qui m'envoie chier ainsi que la belle mère, le beau père et la terre entière.
Là je suis vraiment de mauvais poil, je claque la porte comme une malade, puis pareil avec la porte du micro ondes où j'ai mis le ptit pot de cédric à chauffer, et là je décide de me calmer parce que sinon j'ai biene nvie d'envoyer valser tous les verres pendant que j'y suis. Geste inutile mais qui soulage.
Je fais manger Cédric, ce qui me calme peu à peu.
Comme monsieur Jérémie fait la tronche dans son lot et se lève pas, je décide d'aller vite fait à la boucherie rendre la carte bleue, d'autant qu'il y a de la viande pour nous là bas. Je me magne parce que Cédric doit aller à la garderie après.
Et là, le drame, en ressortant de la boucherie, c'est le déluge dehors. Bien entendu Cédric et moi on est en petites manches et j'ai pas la protection de la poussette, normal non au mois de juin? Et l'heure passe, et la pluie tombe...
D'abri en abri je cours entre les flaques, Cédric et moi on est trempés jusqu'aux os. Faut dire qu'il y a 2 bons kilomètres à faire et les gens qui nous arrosent en roulant comme des cons.
Je rentre en trombe, à la bourre, essuie le lardon et le change, je suis même obligée d'enlever son attelle car elle est trempée, hop! j'attrape son sac de garderie que jérémie a préparé et je repars aussi sec, je ressemble à m'y méprendre à une vieille serpillère dégoulinante. Mais Cédric est propre et sec et la poussette a sa copote-à-pluie. Tout va bien.
Hop, Cédric dans les bras de la nana de la garderie, je repars à la maison. Jérémie est tout sucre tout miel, il me déshabille et me frictionne je suis trempée, puis il nous fait à manger. J'en profite pour râler qu'il y a pas de pates dans la ratatouille (ça fait du bien de râlerpour rien , encore plus quand l'autre vient de faire un effort...), mais au fond je suis contente, c'est mieux pour mon régime. Parce que figurez vous qu'à ce train là j'ai déjà perdu 2kg!
Après manger je me rhabille pour avoir moins l'air d'un vieux sac, je me lave les dents pour pas shlinguer la ratatouille, et hop, direction mon rdv chez le coiffeur!
Ben oui vous avez pas oublié quand même! Je dois me faire couper les tifs...
Jamais agréable de s'exposer ainsi aux mains et aux regards d'un troupeau de coiffeuses en rut qui ont décidé de me "relooker" de font en comble...
Docile je me laisse faire parce que bon si vous croyez que j'ai une idée de ce qui serait bien pour moi vous vous fourrez le doigt dans l'oeil alors qu'est ce que vous voulez parlementez quand vous n'avez aucun argument. Je verrai bien ce que je peux faire pour rattraper le coup en rentrant à la maison.
Bon ça va, c'est un peu court à mon goût (ça l'est toujours trop avec moi) mais c'est pas mal, et puis comme ça ça repoussera moins vite... pour une fois on ne m'oblige pas à faire un broshing raté (parce qu'inévitablement sur mes cheveux ça fait moche de chez moche on dirait de la paille) et la coiffeuse les laisse sécher "naturel" avec un peu de mousse-à-boucle. Mais ça va la mousse-à-boucles je connais j'en mets pour les grandes occasions. La couleur est réussie, elle ressemble trait pour trait à ma couleur à moi en moins moche et les cheveux blancs en moins.
Pendant tout le long de l'opération j'ai droit s aux questions rituelles :

"vous les avez pas coupés depuis combien de temps?" - "ah boooon??" - "Vous faites des soins?" - "vous devriez avec vos cheveux frisés." "vous vous maquillez des fois?" - "c'est bien le maquillage pour donner un peu de couleur au visage..."

et gniagniagnia pendant 1h30. A la fin elles ont à la fois pitié de moi et elles sont toutes contentes d'elle parce que j'ai repris une apparence humaine (c'était pas dur entre nous) du coup elles poussent le vice jusqu'à me plaquer contre un fauteuil pour me refaire le portrait à coup de "blush" et de "gloss" en me demandant mon avis alors que je connais même pas ces mots (c'est vicieux comme procédé du coup t'es obligé de dire "oui oui" pour pas avoir l'air con en priant pour qu'on te mette pas des faux-cils et des paillettes sur la figure.

Résultat j'ai un peu l'air d'une poupée barbie, surtout à cause du truc rose brillant sur les lèvres (c'est ça le gloss je crois) mais c'est pas trop voyant, heureusement la "chef" a dit 50 fois à la iflle qui me faisait ça "tu fais naturel hein, naturel". Je me demande bien à quoi ça sers le maquillage naturel? Pourquoi pas rester directement naturelle sans maquillage ça évite de perdre du temps non?

Elles sont toutes autour de moi à s'auto-congratuler et moi je sais plus où me mettre, alors je m'interresse à mes chaussures... c'est là que je remarque que mes ongles de gros orteils sont macculés de traces noires vestiges de ma course sous la pluie avec Cédric... je me force à regarder ailleurs.

Enfin je me retrouve dehors, délestée de pas moins de 73€ sur mon compte, oui j'avais vraiment besoin de ça en ce moment, je savais plus qu'elle excuse trouver pour augmenter mon découvert, c'est fait, ça va faire plaisir à ma banquière, je la soupçonne secrètement de chercher elle aussi des ecuses pour m'appeler, je crois qu'elle est amoureuse de moi.

Je rentre donc à la maison, Jérémie est content, j'ai droit à de beaux compliments du style "ah oui, ta couleur est moins moche qu'avant! Ouais t'es belle, ça cahnge c'est pas souvent..." ah les hommes et leur délicatesse légendaire...

Là dessus il faut aller faire des courses, le frigo est encore vide pour changer. Chic je vais encore dépenser des sous, youpie! On a 1/2h devant nous après il faut aller récupérer Cédric à la garderie. 80€ en moins plus tard, nous revoilà à la maison avec ces bon dieu de sacs qui pèsent 3 tonnes, les 2 étages à grimper. Jérémie qui me dit "laisse les courses sur le pallier, il est 25 faut aller chercher Cédric, vas-y moi je range."
Demi-tour direction la halte garderie, je souffle comme un boeuf. Un boeuf affublé de frissettes sur la tête et de gloss sur les lèvres.

Stupeur à la garderie...

Elles me trouvent belles les dames-de-la-garderie, je prends l'air assurée et dégagé de celle qui le sait déjà, interpelle mon lardon occupé à se taper sur la tête avec un hochet. Il supend son geste et me regarde ébahi... c'en est presque vexant. Il lui faut quelques minutes quand même pour se reprendre, fermer la bouche, et redevenir mon lardon d'amour de d'habitude.

Voilà ma super journée trépidante!

A bientôt pour de nouvelles z'aventures!

ps : allez puisque vous me suppliez (mais si, vous me suppliez!!) voilà à quoi ça ressemble en vrai la truiss qui sort du coiffeur...


2 commentaires:

Claude-Lise a dit…

Très chouette la coiffure, et bravo pour les 2 kgs de perdus.
Bisous

ta cousine a dit…

je t'aime beaucoup comme ca tu est tré jolie cousine n'en doute jamais!