18 janvier 2008

Boules de neige et sapin blanc...

Tralali lali lala...
Oui, c'est une chanson d'un livre de noël de Cédric... on a les références qu'on peut hein! Tu fera moins ton malin cher lecteur gogunard quand tu aura des gosses (je dis pas ça pour ceux qui en ont déjà car eux ils ne rient pas!)! Faut me voir le soir en revenant du kiné à brailler de ma plus belle voix "j'ai une dent qui bouuuugeuh..." ou chanter à toute allure "wapiti dans ton tipi y'a t'y pas la toupie" sous les ordres de mon chef d'orchestre de fils!

Enfin bref! Mes 14 ans de conservatoire m'auront au moins servi à chanter à peu près juste les comptines du lardon!

Bon, j'étais pas venue vous raconter ça, en fait, j'étais venue vous raconter un peu notre noyel à la neige!

Donc on était partis pour aller à la neige en famille à Noël. Je vous passe sur le périple : quels billets de train, à quel prix? les heures passées sur le site de la sncf à comparer les tarifs et les trajets. Au final on s'est bien ruinés, sans oublier l'achat des cadeaux pour tout le monde, car la truie que je suis ne peut pas envisager de se rendre à une fête de noël sans cadeaux, même avec le compte à sec. On a donc fait l'impasse sur le matos de ski, pasque faut pas déconner, on part trois jours et c'est pas dit qu'on aura le temps d'aller visiter les pistes...

Ca s'est terminé en cata chez decathlon la veille du départ car la truie que je suis doit pouvoir répondre à toute éventualité et tant pis pour la banquière, c'est pas elle qui va se geler les fesses en jean dans la neige!

Voyez donc comme mon lardon était bien équipé!

Nous voici donc le samedi en début de soirée dans le train pour Marseille où nous allons rejoindre Babeth, Patrick et les enfants...

Tout était sensé bien se passer, jusqu'à ce que je décrète tout à coup qu'on est arrivés, que j'embarque le lardon et le jérémie pour sauter du train, avant de m'apercevoir qu'on est pas du tout à Marseille... Je sais pas ce qui m'a pris! Nous voilà donc au bord du quai désert à 50km de notre destination à 9h30 du soir...

Heureusement, Patrick est venu à notre rescousse en voiture...

Le lendemain, nous partons aux aurores à deux voitures, direction la neige! Je suis exitée comme une truie! Les enfants aussi!

Nous arrivons dans un appart châleureux, juste assez grand pour contenir les 12 adultes et enfants que nous sommes.

Le séjour a été riche en péripéties! Je dois bien te le raconter cher lecteur mais je vais pas rentrer dans les détails parce que c'est vraiment du domaine privée et c'est vraiment pas rigolo, or on est sur un blog RIGOLO (si! c'est un blog rigolo! celui qui le savait pas il SORT!), on a quand même rompu jérémie et moi le jour de noël... je te laisse imaginer... je te rassure ça s'est arrangé depuis pour notre plus grand bonheur... bref, fallait quand même peindre le tableau comme il est pour te laisser imaginer mon état d'esprit truitesque...

Alors voilà on est à la neige une fois tous les 10 ans donc on va en profiter hein! On va faire skier le lardon et pendant qu'on y est on va faire skier la truiss aussi, y'a pas de raison!

Côté lardon, c'était une franche réussite! Il a été ravi d'aller au jardin d'enfants où il a fait craquer tout le monde et s'est bien débrouillé!

Côté truiss heu... alors je suis allée exitée comme tout louer mes skis et les pompes de torture qui vont avec... j'en essaie une paire... heu... ça rentre pas... une autre : pareil, puis une autre, puis encore une autre...

vous auriez vu ma tronche! d'ailleurs vous la voyez, jérémie a immortalisé l'instant!

J'allais quand même pas sortir du magasin sans chaussures! j'ai ma fierté quand même, merde! Alors j'ai fini par prendre une paire de pompes, en serrant les dents, les fesses et les mollets pendant que le monsieur fermait les attaches, tout en prenant l'air détaché et naturel de la fille contente d'aller skier, bien dans sa peau et tout...

Je dois te dire cher lecteur, que je pense avoir fait un exploit dont bien peu auraient été capables en sortant tout à fait dignement du magasin. Je sais pas quel tête j'avais exactement, j'ai plaqué un sourire dessus autant que je pouvais, je crois que j'ai même glissé une ou deux plaisanteries d'usage, mais je sentait distinctement la sueur froide qui me coulait des tempes et dans le dos, et je me demandais comment je tenais debout.

Je te rappelle que j'avais le lardon avec moi, et ses chaussures et ses skis, et que j'étais toute seule à ce moment là (la photo c'était plus tard avec jérémie).

Il me fallait donc :
  • tenir debout

  • tenir le lardon

  • porter mes skis
  • porter les skis du lardon

  • porter les autres affaires
  • MARCHER.

Par bonheur comme on paie en rendant le matériel je n'ai pas eu à m'attarder. Je suis sortie du magasin comme j'ai pu, je sais pas comment en fait, et j'ai commencé à avancer comme ça, mon sourire crispé toujours affiché sur le visage, avec la certitude que ça allait pas durer longtemps. Vacherie de galerie marchande, avec des escaliers partout, il a fallut DESCENDRE les escaliers dans ces putains de chaussures qui me sciaient littéralement les jambes, et le bout de chou qui avait bien du mal à marcher correctement lui aussi avec ces cochonneries au pieds. Alors il a fallut que je le PORTE en descendant, lui, mes skis, ses skis, les battons, tout ça tout ça...

Je ne suis pas tombée. A l'heure d'aujourd'hui je saurais pas dire comment j'ai fait, mais je suis pas tombée...

En bas, il a fallut remonter le parking, c'était une épreuve de force, c'était tout enneigé tout verglaçé, chaque pas était une torture, un cauchemard.

Ensuite il a fallut passer le turbo pour traverser la route sans m'écrouler par terre et sans créer un embouteillage. A ce moment là j'étais déjà au bord de l'évanouissement, sans mentir!

Une fois de l'autre côté, j'aperçois derrière la buée qui embrumait mes lunettes de soleil et les étoiles qui dansaient devant mes yeux, un muret où je pourrais m'asseoir. Je m'y effondre, à deux doigts de perdre connaissance, en disant à cédric "maman s'assoit un peu, maman a mal aux jambes..."

Heureusement que j'ai un lardon adorable, cher lecteur, je te le dis!

A ce stade de l'histoire, tu imagine que je pouvais difficilement être plus désespérée. Me vla assise le cul dans la neige à plus pouvoir bouger, même pas retirer ces fouttues godasses vu que mes chaussures à moi étaient restées au magasin, essayant bravement de tenir le coup et priant pour que Cédric ne décide pas tout à coup que ça serait rigolo de jouer à chat sur la route... quand tout à coup... le vendeur du magasin, l'assassin qui m'a incrusté ces chaussures dans les mollets, passe devant moi. Il m'a vue assise là comme une âme en peine, au bord de l'apoplexie, et j'ai même pas eu le temps de me composer une tête sereine genre "ah je suis juste assise là pour prendre le soleil, j'attend mon prince charmant qui doit venir me rejoindre pour qu'on aille slalomer sur les pistes noires", j'ai du faire une tronche bizarre, et lui il a soigneusement évité de ralentir le pas, il m'a juste lancé "alors, on est déjà assise?" ça m'a cloué sur place pour peu qu'on puisse me clouer plus que je ne l'étais déjà. J'ai gémi un vague "héhé ah ouais..." alors que mon cerveau essayait frénétiquement de me pousser à crier "au s'couuuur!" Heureusement pour moi le type était plus rapide que mon cerveau (c'est pas bien difficile entre nous), et il était déjà loin avant que je sois en mesure d'articuler un appel à l'aide.

Là je me suis dit ma vieille va falloir qu'un miracle arrive pasque même en le voulant tu pourra pas retraverser la route avec cédric et tous les skis et tout.

Et le miracle arriva sous la forme de ma soeur aînée et de mon onclevénéré qui bavardaient joyeusement en remontant la route en direction des pistes. J'enviait leur décontraction, je me rappelait déjà même plus comment ça faisait d'avoir des pieds en mesure de marcher avec entrain comme ça!

J'ai réuni ce qui me restait d'abnégation (pasque à ce stade là c'est même plus du courage) pour me lever et avancer assez pour leur faire signe. Cher lecteur je dois t'avouer que j'avais qu'une envie c'était de me mettre à chouiner comme une truie et de leur demander de me porter sur leurs épaules jusqu'au magasin, mais décidément, une truie est une truie, et ma fierté était plus forte que ma douleur parce que je leur ai demandé de ma voix la plus posée possible (je crois pas que c'était très convainquant mais c'est l'intention qui compte) de surveiller cédric et ses skis pendant que j'allais rendre ces putains de merde de crotte de bique de chaussures.

J'ai caressé un instant l'idée d'y aller pieds nus mais ç'eut été renoncer à toute estime de moi et me condamner à rester cachée sous ma couette pour le reste du séjour, alors j'y suis bravement allée à un train d'escargot, à tel point que le mec de magasin a eu le temps de faire ses courses et de revenir à son poste avant que j'arrive, sans même que je m'aperçoive qu'il me croisait. Ce con aurait quand même pu m'aider, c'était pas possible de pas voir que j'étais limite à m'écrouler comme une merde sur le pavé! Non non cet espèce de sadique a attendu que je traverse la route, que je franchisse la pente verglacée (je reste très fière de moi de ne pas être tombée, ça a du me prendre 10 minutes mais je l'ai fait!) et que je monte cette saloperie d'escalier puis que je remonte toute la galerie marchande pleine de gens dont j'ai soigneusement ignoré les regards, pour m'accueillir d'un "ah j'me disais bien qu'vous alliez revenir, vous aviez l'air pas bien assise toute seule avec vos chaussures..."


DUCON!!!


Mais non j'ai pas braillé, j'ai fait un pauvre sourire bien que c'était plus la peine d'essayer de lui faire croire que tout allait bien dans le meilleur des mondes et que j'avais encore un peu d'orgueuil dans le fond de ma culotte j'ai avoué "oui, elles me font trop mal, je suis à deux doigts de tomber dans les pommes monsieur" et je me suis vautrée comme une truie sur la banquette, j'ai pas eu la force d'essayer d'enlever moi même les chaussures, je l'a laissé faire en regardant ailleur, cherchant en moi les restes de ma dignité...

ô joie! ô paix retrouvée! ô mes chers petits orteils! ô mes mollets truitesques! Vous reste-t-il encore assez de circulation sanguine pour me porter jusqu'à la maison?

Mais que néni, tu croyais quand même pas cher lecteur que j'allais me payer le luxe de retourner à l'appart pleurer dans mon lit alors que le lardon m'attendait dehors avec ses skis, trépignant d'impatience?
M'enfin bon au moins j'avais pas deux blocs de béton aux pieds, j'étais libre de mes mouvements, j'avais de nouveau mes bottes toutes légères aux pieds, mes bottes aux semelles tellement lisses que c'est une vraie gageure de marcher sur la neige et la glace mais c'est pas grave, j'avais l'impression de voler!

N'empêche j'étais vraiment super déprimée après cette séance de torture, et la joie que je m'étais faite d'aller skier! Onlce et soeur étant repartis vers d'autres aventures, j'emmenait le truisseau s'inscrire au jardin d'enfant, après quoi, n'ayant pas le courage de marcher jusqu'à l'appartement pour revenir ensuite aux pistes, nous allames manger une crèpe à la crèperie (ben oui, forcément...). Là j'appelai Jérémie à la rescousse pour venir me rejoindre et que je m'épanche un peu dans son giron, et quand même, malgré tout, il était là pour me consoler...

Après avoir emmené cédric au jardin d'enfants, ayant retrouvé mon moral et mon entêtement habituel, et soutenue par Jérémie, je décide de refaire la tournée des locations de ski pour trouver, c'est le cas de le dire, chaussure à mon pied! Je finis par choisir une paire qui ne me fait pas trop mal, ça reste quand même douloureux mais supportable, après quoi je file à la pharmacie m'équiper en crème-qui-favorise-la-circulation-et-fait-dégonfler-les-jambons en vue de la séance de ski du lendemain. Car il est hors de question que j'aille skier tout de suite.

Le lendemain donc, le 25 décembre, je retourne au magasin chercher mes chaussures et mes skis. Oncle vénéré me propose dans un élan d'extrême générosité (je ne pense pas qu'il était bien conscient de l'engagement qu'il prenait!) de m'accompagner sur les pistes... skieur et moniteur de ski chevronné, je ne pouvais espérer de meilleur guide, et même de meilleur "coach" pour me soutenir!

Hélas, je suis déjà sérieusement fatiguée rien qu'à faire ainsi chaussée le trajet jusqu'aux pistes. Je sers les dents, hors de question d'aller rendre mon matos sans skier! Je tiens là ma seule occasion de m'adonner aux sports d'hiver avant longtemps, et je n'imagine pas rentrer à la maison dire à tout le monde que non, j'ai pas skié pasque je suis trop groooosse!

Nous nous retrouvons tous en bas des pistes, mes trois nièces et les enfants de mon oncle, leurs parents, et cédric qu'on pose au jardin d'enfants. Je suis un peu génée d'ôter à mon oncle tout espoir de voir autre chose que des pistes vertes ou bleues mais mon courage a des limites, je ne sais même pas si je vais survivre à la montée dans les oeufs, dans lesquels on ne peut pas s'asseoir. Le simple fait de tenir debout est déjà assez fatiguant en soi...

François (mon oncle, tu suis ou quoi cher lecteur?) m'emmène d'abord sur une petite piste verte histoire de voir l'étendue des dégats, mais il se montre plutôt satisfait (je vous ai dit qu'il est super gentil mon oncle?). Nous embrayons donc sur une piste plus longue sur laquelle il me prodigue maints conseils précieux et avisés. Je suis déjà fatiguée quand nous atteignons un vertigineux tire-fesses, mais pas question de s'arrêter en si bon chemin.

Je loupe bien sûr le premier tire-fesse et manque de m'étaler dans la neige, mais j'arrive à rester debout et à saisir le suivant avec toute la décontraction dont je suis capable...

zzzzzzou! Il m'entraine à une vitesse folle dans une loooooongue montée jusqu'au sommet! Ca n'en finit jamais! Tantôt je suis grisée, je suis bien, la pente tire sur mes jambes et soulage mes muscles endoloris, à d'autres je sens la fatigue s'abattre de mes cuisses à mes mollets et faut attendre comme ça sans bouger sans tomber jusqu'en haut... ah lala c'est pas beau de vieillir!
Arrivés en haut on prend une piste assez longue, j'ai hâte d'arriver en bas, je me traine comme un boulet, mais c'est loin d'être fini... je me concentre sur les directives de François : chasse neige, planté de baton, on tourne et hop, on continue... les pistes se rejoignent, il y a des skieurs partout, il faut faire attention à ne pas se faire rentrer dedans, j'ai l'impression d'être sur une autoroute.
Nous rejoignons enfin le télésiège. J'aurai eu un peu de jugeotte et de considération pour mon pauvre tonton qui est entrain de pourrir son après midi à m'accompagner, on serait redescendus direct, mais il me propose d'aller plus haut et j'ai bien envie de goûter aux joies de l'altitude et des paysages enneigés. Surtout, poser mes fesses sur le télésiège pendant une 20aine de minute suffit à me faire oublier la longue descente qui va s'en suivre.


Nous voilà donc, François et moi, bavardant joyeusement pendant que le télésiège nous balance doucement au dessus des pistes. Je tâche d'ignorer les protestations douloureuses de mes cuisses et les gémissements désespérés de mes mollets, et nous nous mettons à parler philosophie, ethnologie, évoquant Freud et Kant, sisi! Mais je ne vois pas de meilleur endroit ni de meilleure situation pour évoquer de tels sujets qu'un télésiège en plein ciel, surplombant la montagne, le corps courbaturé et les jambes sciées, les épaules voutées par la fatigue. Nous traversons 20 minutes de trêve irréelle et en même temps terriblement juste, avant de laisser à nouveau nos skis glisser sur la neige, au sommet de la montagne.

Nous sommes tout en haut, impossible de monter plus. Sur le trajet, nous avons salué les filles qui nous attendent un peu plus bas. Il faut se mettre en route. La pente me parraît vertigineuse, mes muscles ont refroidi, je ne me sens tout bonnement pas capable de tout redescendre, mais il faut y aller.

Quelques laborieux mètres de dénivelé plus bas, je m'étale comme une crèpe pour la n-ième fois depuis que j'ai chaussé mes skis. François me redresse à bouts de bras, me laissant admirative, et avec une belle crampe à l'épaule pour moi. Nous attendons un peu qu'elle commence à passer, je suis une habituée des crampes, et nous redescendont rejoindre Ophélie et Léa qui s'impatientent. Elles ont le bon sens de ne pas rigoler de ma pitoyable arrivée, mais nous annoncent tout de go qu'elles ne nous attendront plus, et repartent, légères comme des plumes et rapides comme le vent dans la poudreuse.

Je me sens épuisée comme jamais. François me propose de manger un peu, il a des bananes dans son sac, et c'est vrai qu'avec tout ça j'ai oublié de manger à midi. Je me sens immédiatement un peu mieux, mais la fatigue est là, et il faut s'arrêter souvent pour que je déchausse mes skis et étende mes jambes au sol pour permettre au sang de circuler un peu.

Je me sens vraiment au-dessous de tout, et ça doit se remarquer, parce que François me propose gentiement de me porter sur son dos jusqu'en bas des pistes, ce qui me fait rigoler, même s'il est sérieux. Je lui dit que je ne veux pas être responsable de la rupture de sa colonne vertebrale, et je rechausse mes skis pour repartir.

Une longue descente s'ensuit, parsemées de chutes dont je met maintenant un point d'honneur à me relever seule, et d'arrêts. François appelle Babeth pour qu'elle aille chercher cédric au jardin d'enfant, nous sommes déjà en retard et bien loin d'arriver.

La descente est irréelle, je me raccroche à l'idée qu'un jour où l'autre nous serons en bas, que ce sera fini, et que je l'aurai fait, que je pourrais savourer la satisfaction de l'avoir fait. J'en arrive même à me motiver en me remémorant mon accouchement, je me dis : ma vieille tu l'as fait, et tu savais pas si tu y arriverai, mais tu l'as fait, tu as accoucher d'un lardon de 3.760kg, alors cette piste tu vas la descendre, c'est de la gniogniotte à côté!

Et je l'ai descendue, laborieusement mais sûrement.

Je voyais bien que François commençait à en avoir un peu marre, le pauvre, mais il a été génial, il m'a vraiment encouragée et portée moralement. Je ne saurais jamais assez le remercier pour ça, ça a dû être pour le moins pénible pour lui.

Je me suis même payée le petit exploit de quitter ma réserve sur les derniers mètres, voyant qu'on était arrivés, et de les descendre d'un trait comme si c'était la chose la plus évidente du monde. Au point où j'en était, mes mollets étaient partis aux abonnés absent, et ma crampe commençait juste à disparaître.

Je savais en commençant que je n'aurai pas peur de la pente. J'ai déjà skié, et ma fois je me débrouillait assez bien pour une débuttante, j'en garde le souvenir de journées entière sur les pistes, journées qui me parraissaient trop courtes pour en profiter, je ne me rappelle pas d'une telle fatigue ni d'une telle douleur. Mais j'avais 10 ans et surtout 20 kg de moins.

Bon, j'avais pas oublié non plus le dernier jour où, voulant jouer ma maline j'avais fait de grand signes à mon moniteur de skis que je croisait sur une pistes, ce qui m'avait vallu de terminer derrière une bosse le cul par dessus la tête sous son regard effaré, mais pour le reste, c'était un vrai bonheur!

Mais là! je ne m'étais pas préparée à l'appréhension de la fatigue. Quand on sait, qu'on sent, que le corps n'est plus un ami sur lequel on peut s'appuyer, mais une sorte de veillard obèse qu'il faut ménager si on veut arriver entier en bas.

En tous cas cher lecteur, je l'ai fait! Et j'ai juré, mais un peu tard, que la prochaine fois que je prévois des vacances au ski, je perd 15kg et je fais 1 mois de préparation intensive histoire d'être en condition!

J'étais trop humiliée, devant mon oncle, de me montrer dans cet état. C'est un sentiment vraiment... inqualifiable!

Mais j'étais contente de l'avoir fait, contente qu'il m'ait poussée à descendre toute la montagne et à y arriver, même si c'était dur!

De retour à l'appart, j'ai pris un bon bain chaud, que j'ai savouré comme jamais je n'ai savouré un bain!

Le lendemain, il fallait déjà repartir. Patrick nous a très gentiement et très courageusement amenés à la gare de Valence, après 4 heures de route ininterrompues dans la montagne. C'est vraiment pénible de toujours dépendre des autres! En tous cas mon beauf est vraiment un beauf en or parce qu'il n'a pas râlé une seule fois, et nous a déposés pile à l'heure à la gare, ce qui n'était vraiment pas gagné!

Bon, forcément, c'était trop beau pour être vrai, et "suite à un incident de voyageur blablabla le train aura un retard indéterminé..." et il nous a fallut attendre 2 heures de plus pour monter dedans.

Enfin, nous voilà, sain et sauf, nous avons survécu à l'année 2007, et Jérémie et moi entamons 2008 sous de bons hospices, au moins au niveau de notre couple. Pour le reste, c'est un peu le cafoutoir cher lecteur, mais je t'en parlerai plus tard!

9 commentaires:

Claude-Lise a dit…

Merci pour ce récit haut en couleurs qui nous fait voyager, et bravo d'avoir réussi la descente! T'es une battante Truiss:)

Anonyme a dit…

Je vais finir par faire "pipidans maculotte" tellement tu me fais rire!!!C'est comme si j'y étais!Tes descriptions sont géniales et ton courage aussi... Elles étaient pas mal ces petites vacances non?

toutoune et léo a dit…

Si je l'avais oublié, en te lisant, je me souviens pourquoi je déteste le ski, la neige, ayant vécu tout celà il y a longtemps, mais de la même façon!!!! j'ai souffert avec toi tout au long de ton récit! mais pourtant, que c'est beau la montagne sous la neige!!!!........ vue d'une chaise longue...............

barbara a dit…

la bronzée fait du ski,au moin t'en a fait!Cédric a eu un noel à la neige,que vouloir de plus?etre championne olympique de la dérision?merci pour ton récit,qui malgrés tout tes efforts me rend quand meme envieuse!!!

jeremie a dit…

Même si ce noel n'a pas été le meilleurs de ces 8 dernieres années j'en garde pleins d'emotions, tant par ma femme que mon fils.
Vivement noel prochain, je t'aime Laetitia.

Anonyme a dit…

Yop truiss, je suis tombé sur ton blog en faisant une recherche " truiss minibunny " sur google apres une longue absence , ca a l'air de rouler pour toi je suis content pour toi : ) bonne année 2008 a toi a ta petite famille et a minibunny aussi tant qu'on y est !

byeeeeeee.......... TICAT . ( :D )

( grrrrrr j'avais pas mis le commentaire dans le post le plus recent sorry pour le doublon -_- )

truiss a dit…

OUAHOU! c'est la semaine des retrouvailles! Ca fait un bail Ticat! J'espère que tout roule pour toi aussi!
Enfin c'est beaucoup dire que tout roule pour moi, disons qu'il faut beaucoup beaucoup pousser derrière en ce moment pour la faire tourner cette fichue roue ;)

à bientôt!

Tunisia Mum a dit…

Oh pétard de feu d'artifice!!!!!!!!!
Truiss, je suiiiiiiiiiiiiiis explosééééééééeeeeeeeeee sur ma chaise.
Sérieux, ça va plus, là... J'ai été morte de rire, mais à un point... MOUCH NORMAL, comme dirait une Tunisia Mum averti...
Tu devrais écrire des livres "LEs malheurs de Truiss" à l'instar des malheurs de Sophie...
Et après, la larme à l'oeil avec le commentaire de ton zhom...
Que c'est-y pas mignon tout pleins tout ça...
Allez, ma belle de gros zibouxxxxxxxxxxx partout partout... Pour vot' tite famille, garde la bien. De gros ziboux à ton fiston d'amour.
Je pense fort à toi ma belle...
TM

Leane a dit…

Good words.