22 septembre 2011

J'pète les plombs! J'pé j'pé j'péte les plombs!

Alors d'accord y'a l'écoute active. Y'a la résolution de problèmes. Y'a tout un tas de méthodes testées et approuvées qui fonctionnent avec les enfants et nous empêchent en principe d'arriver à ce fameux "pétage de plomb" vous savez? Celui qui nous voit transformées en maman hystériques, où vous arrivez à cet état de transe, où vous vous voyez agir, hurler comme une démente, et où la colère s'auto-alimente et que même le regard médusé de vos enfants devant leur folle de mère n'arrive pas à vous arrêter...


MAIS PUTAIN BORDEL DE DIEU CA FAIT DU BIEN QUAND CA SORT!!!!


Je l'avais pressenti, d'abord. Mais difficile d'expliquer ça sans passer pour la fille défaitiste, la mère indigne qui ne croit pas en son lardon.
Ca a été la petite pierre qui roule et qui n'amasse pas mousse mais provoque l'éboulement.
Mon fils, mon lardon, ma chair de ma chair, mon neurone manquant. Je vais pas vous mentir en faisant genre que j'étais pas la plus fière, la plus extatique des mamans quand son instit de CE1 m'a dit comme ça "non mais je parle de ses capacités" alors qu'elle m'interrogeait sur une éventuelle visite chez la psychologue scolaire, où j'avais renchéri sur son comportement un peu "olé olé" en classe.
Noooon, ça ne lui posait pas de problème à la maîtresse le comportement de Cédric. Elle balayait d'un haussement d'épaules mes tentatives d'explications en disant "non mais ça c'est pas important je gère". Ce qu'elle ne gérait pas, c'était de voir un élève s'ennuyer ferme en classe. Ah ça non!
Alors elle m'a dit comme ça "vous en pensez quoi vous, d'un saut de classe?" heuuu je n'en pense heu... le plus grand bien! "Ben je sais pas moi heu, c'est vous la professionnelle" répondis-je très lâchement et très hypocritement alors que la partie, je ne sais pas laquelle en fait, mais une partie de mon cerveau sautillait sur place en criant "oui! oui! oui! ho lala la claaaaasse!"
Mais tout de suite après, voir même en même temps, une autre partie de mon cerveau (il a plein de parties mon cerveau), la grosse partie grisatre et sombre là, la rabat-joie, se mise à trembler et à envoyer des signaux à mon ventre pour qu'il se contracte de trouille.
Cette partie là me disait "non non! et si ça marchait pas!" Et elle a parlé plus fort quand la maîtresse a dit "mais il faudra qu'il se montre plus sage et plus attentif s'il passe un niveau au dessus!" et là quelque chose en moi, je l'avoue, j'ai honte, mais c'est vrai, m'a dit "c'est foutu ma vieille. Pas 5 minutes il va y rester en CE2 si c'est à ces conditions.

Mais quand même j'ai tenté d'y croire parce que malgré cette grosse partie grisâtre dans ma boite crânienne, je m'efforce d'être une fondamentale optimiste. Je me suis dit atteeeeend c'est LA solution à la plupart des enfants en avance qui s'ennuie et font le bazar. Quand on leur donne des trucs plus durs à faire ils ne pensent plus à faire n'importe nawak!

Oui mais je le connais le lardon. D'abord quoi qu'on en dise, ce n'est pas un enfant précoce, ou surdoué, ou je ne sais quoi. C'est... autre chose... Je ne sais pas s'il existe un mot pour les enfants comme Cédric.
Il pige très vite. Il peut être d'une maturité quand il s'agit de choses importante, qui m'étonne la première. Mais d'un autre côté il échappe totalement aux règles et aux contraintes. Ca lui passe au-dessus, et il ne voit aucun, aucun intérêt même avec une carotte grosse comme la tour eiffel, à se plier dans le rang. Il va toujours faire précisément le truc qu'il ne faut pas faire au moment où il ne faut pas le faire. Ca lui passe par la tête comme ça, et il est incapable d'expliquer ensuite pourquoi il agit comme ça.
Ca le dépasse autant que moi si vous voulez mon avis.

Alors bon, le CE2 je le sentait moyen. Mais j'avais envie d'y croire.

Et quand le 2e jour, l'instit de CE2 m'a dit qu'elle était navrée mais que ça n'allait pas le faire, qu'il a amplement les capacités de rester dans sa classe mais que s'il ne se plie pas un minimum aux consigne il va être largué, j'ai ressenti tout le poids du désespoir d'une maman qui ne sait pas quel carte tirer de sa manche pour trouver une solution. Le poids de la culpabilité aussi.
On se repasse le film en boucle en se disant "à quel moment j'ai loupé un truc dans son éducation? Qu'est ce que j'ai pas fait? Qu'est ce que j'ai trop fait? Et des trucs qu'on a pas fait/trop fait on en trouve plein et on se fustige et en même temps on est en colère contre cet enfant qui pinaille et qui veut pas être du même modèle que tout le monde.

Ouais ouais je sais y'a pas de modèle en vrai mais vous avez toutes ressenti ça à un moment ou l'autre non?

Alors je repars la tête basse tout en m'efforçant de la garder haute, de l'école, expliquant au lardon que c'est pas bien grave, et que la maîtresse a donné encore une chance, en essayant même plus d'y croire mais en se concentrant pour ne pas faire passer d'émotion négative à son cher bambin. Et là y'a la numéro deux là. Vous savez la petite furie qui pense du haut de ses deux ans qu'elle est comme Amélie Nothomb, Dieu. Que le monde est un vaste terrain de jeu sans lois ni règles, qu'elle explore quand elle en a envie, si elle en a envie.
La lardonne là elle a du capter un truc qui se passait et elle a du se dire, c'est à moi de porter le coup de grâce pour lui ouvrir les yeux à mon aveugle de mère! Je vais la pousser à bout, la faire exploser comme un bouchon de champagne trop secoué!

Et la vla ma p'tite mère qui se carapate en courant et en riant, sur ses petites jambes si agiles et si lestes que je n'essaie plus depuis un moment déjà de la rattraper quand elle se sauve.

Non, j'essaie plus. Et j'essaie plus pas mal de choses en fait à vrai dire. Et c'est en la regardant courir que je repense à mes dernières séances de thérapie, à cette esquisse de moi que la psy a commencé à dresser, qui se révèle dans mon esprit comme l'image d'une fille passive, d'une fille qui a si peur de se tromper, d'être mauvaise et contagieuse, d'une fille qui a depuis si longtemps laissé son destin entre les mains des autres, qu'elle n'ose plus agir.

Et avec mes enfants je n'agis pas non plus. J'observe, je tempête quand ils me semblent aller trop loin, mais je n'agis pas au quotidien. J'attends la faute pour la montrer. Je n'Eduque pas pour de vrai.

Et pourtant dieu sait que je trime pour essayer de faire bien, de comprendre, de prendre les bonnes décisions. Et ils sont là les deux monstres à faire exactement tout le contraire de ce que je veux, et la colère enfle en moi et je rentre à la maison et je me met à hurler comme une démente, à crier et à pleurer, à les abreuver de reproches et surtout à exprimer mon désarroi tout d'abord. Après quoi le flot de paroles sort de lui même. Je met à exprimer ce que j'attends de mes enfants, tout en réalisant que je n'ai jamais exprimé ces choses aussi essentielles. Et je leur dit que les choses vont changer à partir de maintenant, foi de truissia!
Et je sors les grands moyens, on se croirait dans un épisode de super nanny! Ils sont assis, ils me regardent avec des yeux de merlan frits, et là je déploie LA FEUILLE et LE STYLO et je me met à écrire des règles et même à tracer un TABLEAU avec des malus et des bonus et des carottes et des bâtons.

Et je me sens mieux, et les choses sont soudain plus claires dans ma tête. Et malgré l'émoi suscité par ma colère, je vois que c'est aussi plus clair dans la tête des mes chers bambins.

Depuis, à la maison, les choses sont soudainement plus simples. J'en réfère au tableau des règles, et grand lardon obtempère sans presque parlementer.
Petite lardonne, quant à elle, me tend sa menotte dans la rue quand je dis "on a dit qu'à partir de maintenant tu donne la main à maman quand on est dehors", et de m'agripper dans ses petits doigts et de sautiller gaiment!
Jusque là mes tentatives de "donnage de main" s'étaient soldés par des roulages par terre, la méthode du spaghetti trop mou, et les hurlements déchirants.

Alors non, mais non! Je ne prône pas la technique du "pétage de plomb" comme un outil éducatif. Mais parfois, nos propres blocages, nos propres mécanismes enclenchés depuis longtemps déjà, ont besoin d'électrochocs pour sortir de leurs rouages.

Ce jour là l'électrochoc ça a été "mon fils va rater une chance d'être bien à l'école parce que moi, sa mère, je l'empêche de parvenir à se fier aux règles."
C'est peut être pas vrai, c'est peut être me donner trop d'importance, mais je ne crois pas.

Demain, c'est le dernier jour d'essai. On verra...!

7 commentaires:

Marcelleuhhh a dit…

Fais moi une photocopie du tableau STP ma Truie !

Anonyme a dit…

Roooo je pourrais te lire des Heures ... Chapeau M'Dame Truissia !! Quoi qu'on dise Quoi qu'en pense Les gens tu es une Maman en Or et Auj est née Wondermaman !!! Chips ;)

Tunisia Mum a dit…

Sincérement, bravo...
Je devrais faire pareil ici...
On a instauré un dosage en couleur... J'en parlerai surement dans mon blog aussi... Mais bon, avec Elyess, y a encore des dérapages. Abdou est plus réceptif à mes alertes colorées!

truiss a dit…

Marcelle heu c'est tout pourri tu va être déçue lol!

Chipsounette merci tu es un amour!

TM raconte ça m'intéresse ton dosage couleur!
Il y a quelques années j'avais dessiné et découpé un très joli train avec un wagon "école" et un wagon "maison" et dessiné et découpé des soleils et des nuages qu'on mettait dans les wagons suivant s'il avait été sage ou non (avec de la patafix) mais ça n'avait pas du tout marché! Cédric virait les soleils et s'amusait à mettre des vilains nuages partout!

Le fait d'avoir écrit les règles noir sur blanc semble beaucoup plus rassurant pour lui : il sait ce qu'on attend de lui. Je ne pensais pas que ça lui manquait à ce point ce genre de précisions car ce sont des règles basiques : se laver les mains avant de manger, faire ses devoirs après l'école, se laver les dents etc...

Tunisia Mum a dit…

Bah pour moi, j'ai un peu de mal avec le "sage"/"pas sage"... ça veut dire quoi "être sage"? Selon quoi on juge de la sagesse? lol

J'ai expliqué les couleurs chez TM, en fait, après t'avoir lu...
T'ira voir, ça te fera venir chez moi hihihi...

truiss a dit…

Ben oui et c'est bien pour ça que ça n'a pas fonctionné lol!

Bunny a dit…

Bah chapeau ma gruinette !!
Quelle bonne idée que ce tableau. En effet on oublie souvent que certaines notions adultes doivent être très floues aux yeux des enfants et que finalement, règles et "punitions" sont les limites qui les rassurent.
T'inquiète, je pense que la plupart des mamans n'ont pas des enfants Kinder super sage, on est toutes passées par la phase "sorcière hystérique" qui culpabilise et se sent honteuse de son pétage de durite 5 minutes après ;) Mais on fait ce qu'on peut hein aussi !!!
Et les messieurs dans tout ça, ils se posent pas 5 mn ces questions existentielles sur l'éducation de leur progéniture ? ça doit être reposant de ne pas se culpabiliser autant... on devrais TOUTES essayer.